Explore The Mortality, Coverage and more!

Les figurants de la mort, de Roger de Lafforest  |  Couverture d'Hugues Micol

Les figurants de la mort, de Roger de Lafforest | Couverture d'Hugues Micol

J'en fais mon affaire, de Mario Levrero  |  Couverture de Nicolas Dumontheuil

J'en fais mon affaire, de Mario Levrero | Couverture de Nicolas Dumontheuil

"Lettres d'engueulade - édition augmentée" de Jean-Luc Coudray | Illustrations d'Alban Caumont

"Lettres d'engueulade - édition augmentée" de Jean-Luc Coudray | Illustrations d'Alban Caumont

Un banquier plonge  dans la mélancolie avant de découvrir enfin l'amour. Charmant, élégant et poétique.

Un banquier plonge dans la mélancolie avant de découvrir enfin l'amour. Charmant, élégant et poétique.

Le jardin enfumé, de Gilbert K. Chesterton  |  Couverture de Nicolas Etienne

Le jardin enfumé, de Gilbert K. Chesterton | Couverture de Nicolas Etienne

Piotrus, de Leo Lipski  |  Couverture de Joko

Piotrus, de Leo Lipski | Couverture de Joko

Le jardin du mage, de Géza Csath  |  Couverture de Jean-Michel Perrin

Le jardin du mage, de Géza Csath | Couverture de Jean-Michel Perrin

Conférence alimentaire, de Jean-Yves Cendrey  |  Couverture d'Isabelle Minbielle

Conférence alimentaire, de Jean-Yves Cendrey | Couverture d'Isabelle Minbielle

Dans ce roman post-apocalyptique écrit en 1935, le narrateur a survécu avec une ribambelle de gamins souffreteux parce qu'ils étaient en expédition dans une grotte lorsque le monde civilisé et l'humanité ont disparu, emportés par la guerre. Les gosses, livrés à eux même par le narrateur désabusé, vont très vite sombrer dans la barbarie en réinventant tous les travers qui ont mené au désastre : la possession, la lutte pour le pouvoir, etc. C’est pessimiste, cruel, féroce… et drôle !

Dans ce roman post-apocalyptique écrit en 1935, le narrateur a survécu avec une ribambelle de gamins souffreteux parce qu'ils étaient en expédition dans une grotte lorsque le monde civilisé et l'humanité ont disparu, emportés par la guerre. Les gosses, livrés à eux même par le narrateur désabusé, vont très vite sombrer dans la barbarie en réinventant tous les travers qui ont mené au désastre : la possession, la lutte pour le pouvoir, etc. C’est pessimiste, cruel, féroce… et drôle !

Pinterest
Search