Explore Ne Sait, Sait Pas and more!

Explore related topics

« Des sons et des images pleuvent. Il pleut sur les sons et les images. Quelque chose à lieu. On ne sait pas quoi au juste. L'expérience l'emporte sur l'analyse. » Célia Houdart

« Des sons et des images pleuvent. Il pleut sur les sons et les images. Quelque chose à lieu. On ne sait pas quoi au juste. L'expérience l'emporte sur l'analyse. » Célia Houdart

« C’est un manuel de survie (...) Gazmend Kapllani analyse (...) cette position de l’immigré. Le miroir nous est tendu, l’image n’est pas très belle. » Christophe Dabitch, Le Matricule des Anges

« C’est un manuel de survie (...) Gazmend Kapllani analyse (...) cette position de l’immigré. Le miroir nous est tendu, l’image n’est pas très belle. » Christophe Dabitch, Le Matricule des Anges

« Lire Kapllani, c’est dire merde pour un moment aux pensées toutes faites et aux statistiques serinées au JT, ne plus penser en pourcentages et autres quotas pour regarder les hommes qui se cachent derrière. C’est être un peu plus humain soi-même » Bertrand Guillot

« Lire Kapllani, c’est dire merde pour un moment aux pensées toutes faites et aux statistiques serinées au JT, ne plus penser en pourcentages et autres quotas pour regarder les hommes qui se cachent derrière. C’est être un peu plus humain soi-même » Bertrand Guillot

"Saratoga Woods" d'Elizabeth George, Presses de la Cité. La grande dame du polar quitte son univers et ses personnages de prédilection pour une trilogie pour jeunes adultes... J'aime ses policiers, j'ai beaucoup aimé ce 1er livre de la trilogie. Une adolescente, qui a le don dérangeant d'entendre les pensées des gens, découvre que son beau-père est un assassin. S'ensuit alors une fuite éperdue... mais les choses ne vont pas se passer comme prévu...

"Saratoga Woods" d'Elizabeth George, Presses de la Cité. La grande dame du polar quitte son univers et ses personnages de prédilection pour une trilogie pour jeunes adultes... J'aime ses policiers, j'ai beaucoup aimé ce 1er livre de la trilogie. Une adolescente, qui a le don dérangeant d'entendre les pensées des gens, découvre que son beau-père est un assassin. S'ensuit alors une fuite éperdue... mais les choses ne vont pas se passer comme prévu...

"James S. Lee a attendu l’âge de 62 ans pour publier le 'scandaleux' récit de ses voyages. Hallucinant." Jean-Michel Ulmann - Impact Médecine

"James S. Lee a attendu l’âge de 62 ans pour publier le 'scandaleux' récit de ses voyages. Hallucinant." Jean-Michel Ulmann - Impact Médecine

« Le “remède” était tout autour de moi : dans rien en particulier, mais présent dans chaque menu détail. » Raghu Rai & Tiziano Terzani

« Le “remède” était tout autour de moi : dans rien en particulier, mais présent dans chaque menu détail. » Raghu Rai & Tiziano Terzani

« un ensemble de photos dures et tragiques, prises depuis 1982 jusqu’au conflit de 2006, où l’on découvre la dérive et la dévastation d’une ville, accompagnant un très beau texte (en bilingue), où la dimension intime est rendue poignante par les évènements. Un superbe petit ouvrage. » Christian Robin - Courrier français Charente-Maritime

« un ensemble de photos dures et tragiques, prises depuis 1982 jusqu’au conflit de 2006, où l’on découvre la dérive et la dévastation d’une ville, accompagnant un très beau texte (en bilingue), où la dimension intime est rendue poignante par les évènements. Un superbe petit ouvrage. » Christian Robin - Courrier français Charente-Maritime

« Les choses simples de la vie, Mikaël Hirsch les décrit directement, avec justesse et sans fioritures... Avec les hommes est un joli texte, à déguster en l’honneur de la langue française et des femmes de cœur. » Yaël Hirsch - Toute la culture.com

« Les choses simples de la vie, Mikaël Hirsch les décrit directement, avec justesse et sans fioritures... Avec les hommes est un joli texte, à déguster en l’honneur de la langue française et des femmes de cœur. » Yaël Hirsch - Toute la culture.com

« On pense à Politovskaïa, à Alexievitch, ces femmes écrivains dont le courage force l’admiration. » Guillaume Allary - ELLE

« On pense à Politovskaïa, à Alexievitch, ces femmes écrivains dont le courage force l’admiration. » Guillaume Allary - ELLE

« Les notes sont justes et la partition addictive presque monocorde comparée aux dialogues brutaux, intempestifs qu’elle met délicieusement en valeur. » Sylvie Granotier

« Les notes sont justes et la partition addictive presque monocorde comparée aux dialogues brutaux, intempestifs qu’elle met délicieusement en valeur. » Sylvie Granotier

Pinterest
Search