Au romantisme de sa peinture océanique, Fabio Déronzier « oppose » la théâtralité plus tellurique de ses photographies. Les corps nus sont recouverts de terre et semble sortir des entrailles de la terre dont ils semblent déracinés. De tels « primitifs » semblant soumis à une chaleur oppressante d’un enfer. L’éros y frôle le macabre et entretient un certain malaise.

Au romantisme de sa peinture océanique, Fabio Déronzier « oppose » la théâtralité plus tellurique de ses photographies. Les corps nus sont recouverts de terre et semble sortir des entrailles de la terre dont ils semblent déracinés. De tels « primitifs » semblant soumis à une chaleur oppressante d’un enfer. L’éros y frôle le macabre et entretient un certain malaise.

La galerie Fahey/Klein présente jusqu’au 9 juillet « Please Don’t Smile », une exposition du photographe Frank Horvat. Elle tire son nom de la monographie rétrospective publiée par Hatje Kanz en 2015, qui documente l’œuvre colossale de celui-ci en s’intéressant tout particulièrement à son approche révolutionnaire de la photographie de mode. Horvat a su combiner une sensibilité de photojournaliste à un « humour visuel raffiné » afin de créer des images beaucoup plus singulières que celles de…

La galerie Fahey/Klein présente jusqu’au 9 juillet « Please Don’t Smile », une exposition du photographe Frank Horvat. Elle tire son nom de la monographie rétrospective publiée par Hatje Kanz en 2015, qui documente l’œuvre colossale de celui-ci en s’intéressant tout particulièrement à son approche révolutionnaire de la photographie de mode. Horvat a su combiner une sensibilité de photojournaliste à un « humour visuel raffiné » afin de créer des images beaucoup plus singulières que celles de…

Lancement de "Western Color" de Bernard Plossu chez Artazart - L'Œil de la photographie

Lancement de "Western Color" de Bernard Plossu chez Artazart - L'Œil de la photographie

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures.
L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures. L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures.
L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures. L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures.
L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures. L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus.

Gamma, une histoire de photographes, une histoire d’agence, l’une des plus belles. Un livre aux éditions de la Martinière célèbre son 50e anniversaire. Il est formidable. Les textes d’Hubert Henrotte et de Floris de Bonneville sont somptueux. Toutes les semaines, L’Œil de la Photographie publie quelques-unes des images de ce qui fut la plus belle époque du photojournalisme.

Gamma, une histoire de photographes, une histoire d’agence, l’une des plus belles. Un livre aux éditions de la Martinière célèbre son 50e anniversaire. Il est formidable. Les textes d’Hubert Henrotte et de Floris de Bonneville sont somptueux. Toutes les semaines, L’Œil de la Photographie publie quelques-unes des images de ce qui fut la plus belle époque du photojournalisme.

Pinterest
Search